Matrix42 analyse les grandes tendances qui changeront l’espace de travail numérique en 2017

Les technologies clés de l'espace de travail utilisateur de 2017


Marqué par un souci de mobilité, de personnalisation et de polyvalence des outils accrues, l’espace de travail des professionnels du savoir constitue aujourd’hui l’un des principaux théâtres de la transformation numérique. Une stratégie tournée vers l’avenir peut contribuer à améliorer la productivité des salariés, réduire les coûts et renforcer la marque employeur afin d’attirer les jeunes talents de la génération numérique. Oliver Bendig, PDG de Matrix42, nous dévoile les huit grandes tendances que les entreprises devront suivre en 2017.

 

1. L’utilisateur comme consommateur : un espace de travail proposant des services personnalisés et contextualisés

En tant que consommateurs numériques avertis, les travailleurs du savoir sont habitués à un environnement hautement personnalisé, à l’instar des services de musique en streaming qui proposent des playlists générées automatiquement. En adaptant ce principe à un contexte professionnel, les technologies de l’espace de travail peuvent favoriser l’efficacité, la productivité et la motivation des travailleurs du savoir. Mon espace de travail saura où je suis, quels périphériques j’utilise, quelle application privilégier au vu de la bande passante disponible et les documents et données qui me seront ensuite nécessaires. Il apprendra mes préférences personnelles et s’y adaptera.

 

2. Bientôt indispensable : le Unified Endpoint Management

Les salariés utilisent aujourd’hui plusieurs périphériques dans le cadre de leur travail. De ce fait, les nouvelles technologies de gestion se concentrent sur l’utilisateur et non plus sur chaque périphérique. Il est devenu essentiel pour tout département informatique d’appliquer une approche intégrée afin de gérer efficacement l’ensemble des périphériques de l’entreprise, qu’ils soient mobiles, classiques ou hybrides. L’Unified Endpoint Management (UEM), qui permet aux administrateurs de gérer les environnements de travail sur de multiples périphériques, a gagné du terrain en 2016, et devrait continuer sur sa lancée : le cabinet d’études de marché MarketsandMarkets prévoit un taux de croissance annuelle du marché mondial de l’UEM de 42,9 % d’ici à 2020. Une gestion unifiée de la large palette de périphériques, d’applications et de ressources de cloud disponibles est aujourd’hui impérative, pour offrir aux travailleurs du savoir une expérience utilisateur comparable à celle qu’ils connaissent dans le domaine des loisirs numériques. 

 

3. Espace de travail basé sur le cloud : le navigateur en tant que nouveau système d’exploitation

Le cloud constitue l’une des pièces maîtresses de la transformation numérique ; cette règle vaut également pour l’espace de travail. En effet, les environnements de travail se dématérialisent sur le cloud et sont accessibles à tout moment et en tout lieu via un navigateur. Par conséquent, les espaces de travail abandonnent leur lieu ou périphérique fixe d’origine. Peu importe où je suis, le périphérique que j’utilise ou l’heure à laquelle je travaille, mon espace de travail sur le cloud me donne accès à tout moment à mon environnement, intégrant l’ensemble de mes applications, documents, identités numériques et services. Le travail devient un « état », un statut que les travailleurs du savoir peuvent activer ou désactiver quand bon leur semble, indépendamment de l’endroit où ils se trouvent. 

 

4. Enterprise Service Management : au-delà du département informatique

En termes de fourniture et d’administration, l’IT Service Management s’est développé au cours des dernières décennies pour mettre en œuvre des processus très efficaces dans le cadre de l’ITIL. Une solution de gestion des services flexible permet une extension à d’autres processus métiers que l’informatique. L’émergence de l’« Internet of Everything » offre aux entreprises la possibilité de déployer efficacement les meilleures pratiques et fonctions de l’IT Service Management pour la fourniture et la gestion de services dans d’autres départements, notamment la RH ou la finance. La « servicisation » ouvre la voie à l’automatisation et à l’optimisation des processus des départements RH, tels que l’intégration de nouveaux collaborateurs et le traitement des demandes de congé ou des arrêts maladie.

 

5. Des assistants d’espace de travail virtuels

Siri a peut-être été tourné en dérision au début mais le fait est que la reconnaissance vocale intelligente fonctionne vraiment. Et elle s’améliore de jour en jour, ouvrant la voie à de belles avancées pour nos espaces de travail. Nous travaillerons bientôt tous à l’aide de super-assistants intelligents capables de traiter seuls certains de nos e-mails, de rédiger des synthèses de longs documents ou de réserver des hôtels pour nos voyages d’affaires. Lorsque je rencontrerai un partenaire commercial pour la première fois, mon assistant préparera un profil social media et me briefera avant la réunion. D’un point de vue informatique, le défi sera d’augmenter la sécurité et de protéger la vie privée des salariés.

 

6. Des écrans partout : pliés, enroulés ou projetés

L’accès à notre environnement de travail via un navigateur sur le cloud signifie que nous serons en mesure de travailler à partir de n’importe quel écran connecté à l’Internet. Notre smart TV, par exemple, peut déjà se métamorphoser en espace de travail. Le concept d’écran pliable ou rétractable se répandra également de plus en plus. À l’avenir, il sera possible d’utiliser absolument n’importe quelle surface en guise d’écran, permettant ainsi potentiellement à l’environnement de travail de gagner de nouveaux espaces.

 

7. De nouvelles possibilités pour l’espace de travail : accessoires connectés et Cie

Les lunettes et bracelets connectés et autres wearables intégreront très rapidement le monde du travail, prouvant leur utilité dans des domaines tels que la santé, la logistique ou la fabrication. Par exemple, des informations complémentaires ou les étapes d’un processus pourront être communiqués au personnel de maintenance via des lunettes connectées. Et des casques de réalité augmentée permettront de parler à des collaborateurs à l’autre bout du monde comme s’ils étaient présents dans la même pièce.

 

8. Smart Office : l’Internet des objets connecte l’espace de travail à une infrastructure physique

Les progrès constants en matière de communication entre espace de travail et technologies d’infrastructures intelligentes favorisent la rationalisation de nombreux processus. Par exemple, une invitation sur le calendrier pourrait à l’avenir déclencher toute une série de mesures en vue d’organiser une réunion, incluant la réservation de la salle, la préparation du vidéoprojecteur et du système téléphonique, voire le réglage du chauffage en fonction du nombre de participants.